Le shiatsu

Le shiatsu se définit comme un thérapie manuelle qui intègre des techniques de massage et de la digitopuncture. Cette dernière s’appuie sur les mêmes principes énergétiques de l’acupuncture mais au lieu d’user d’aiguilles, le praticien shiatsu utilise ses pouces. Alors que les manœuvres de massage sont inspirées du anma japonais (venant lui-même du amma chinois c’est-à-dire la « grande famille » de massages) et de la chiropractie occidentale.

Le shiatsu s’appuie donc sur l’anatomie et la physiologie humaine.

Il soulage les douleurs : dos, épaules, nuque, jambes, tensions nerveuses, musculaires, fatigue, migraine, règles.

Le shiatsu est performant en prévention de pathologies telles que le rhume, la grippe, le lumbago, la cervicalgie, les allergies…

Le shiatsu vient de ryôhô traitement, atsu pression, shi doigt est une méthode de relaxation et de bien-être japonaise qui se pratique par pression des doigts sur le corps. Le Ministère Japonais de la santé donne la définition suivante « le Shiatsu est un traitement qui utilise les pouces et la paume des mains pour faire pression en certains points du corps humain afin de corriger ses irrégularités et de conserver ou d’améliorer la santé ».

Le self-shiatsu est l’auto-shiatsu. C’est le shiatsu que l’on se donne. Des pressions digitales et diverses manœuvres sont opérées sur une partie ou le corps en entier afin de réguler, stimuler, apaiser, détendre…

Le shiatsu n’est ni une médecine, ni un massage au sens médical du terme mais une méthode de bien-être tournée vers la prévention. Un soin shiatsu ne peut se substituer à un traitement médical conventionnel.